Lettre d'information

Les archives de la newsletter de Convergence

Cassandre...

Il devient difficile de trouver une caution scientifique pour mettre en doute la masse des recherches, travaux et publications démontrant l’impasse climatique et énergétique dans laquelle l’humanité est engagée. Le doute n’est plus permis lorsque les prévisions annoncées, il y a vingt ans, se déploient sous nos yeux avec même quelques années d’avance. Alors pour les plus irréductibles, le doute se mue en déni. Ne pas voir, ne pas entendre, ne pas penser. Le 29 juillet 2019 aura été le jour du dépassement : celui où les activités humaines ont consommé l'intégralité des ressources naturelles que notre planète peut régénérer en un an. Depuis lors, nous vivons à crédit de la capacité biologique de la Terre. Mieux, nous vivons aux dépens de nos enfants qui seront demain aux responsabilités sur une planète qui leur sera devenue hostile.

Les enfants, les adolescents qui se mobilisent ne s’y sont pas trompés. Devant l’inertie des décideurs, ils font entendre leur voix et valoir leur droit à vivre sur une planète habitable. Ici, le voile se lève. Nombre de décideurs politiques – pas tous fort heureusement - n’entendent pas les choses ainsi. La politique c’est l’affaire des professionnels et des élus, pas des lycéens. Une saisissante cristallisation s’est opérée sur la personne de Greta Thunberg. Illustrons cela.

Il y a une semaine, lors de l’Université du MEDEF, l’ex-président Sarkozy ironisait sur Greta Thunberg et ses comportements faisant rire à gorge déployée l’élite économique de notre pays présente. Au mois de juillet, Greta est invitée par un groupe de parlementaires, son discours sera boycotté par beaucoup de députés qui vont se charger de la disqualifier à défaut de pouvoir la réduire au silence. Un missile était alors lancé pour disqualifier sa parole : Greta Thunberg est atteinte du syndrome d’Asperger (qui fait tant rire Monsieur Sarkozy). Il ne reste plus qu’à poser la question qui, sans avoir été énoncée, s’impose : quel crédit donner à une autiste ? En ravalant la personne à sa pathologie, cette dernière devient le fondement à partir duquel la disqualification se met en marche. Rien de bien nouveau sur le sujet puisque le principe même de disqualification a été au centre des activités médicales du Docteur Asperger et mis au service de son engagement pour le parti et l’idéologie nazi.

Quel discours Greta Thunberg tient-elle pour qu’il apparaisse si subversif pour certains de nos élus et ex-élus ? Il peut se résumer en quelques mots : mesdames et messieurs les décideurs écoutez les scientifiques… Greta sait que sa génération sera aux responsabilités du monde dans vingt à trente ans, elle a conscience que sa génération devra faire face à des problèmes difficiles voire impossibles à surmonter, elle a confiance dans la communauté scientifique qui ne cesse de tirer l’alarme, elle sait qu’il est encore temps de décider et d’agir pour faire de notre planète, un lieu de vie. Décider de l’avenir de la planète implique la transformation du modèle économique qui fait du monde (et de ses habitants) une marchandise et un centre de profit. Shakespeare dans son Richard III fera dire à Richard par Lady Ann : « Tu as fait ton enfer de la Terre heureuse ». Alors écoutons les scientifiques…

Éditorial de Philippe Bigot
septembre 2019