Édito du mois

Opinion sacrée...

Vous pouvez entrer sereinement dans la lecture de votre édito de rentrée, il n’y sera pas question de « pass sanitaire » ! Les avis personnels sont par définition très nombreux sur le sujet, là où, « l’opinion » se manifeste principalement comme un bruit de fond. Le paradoxe surgit ici. Alors que la prise de la parole s’est démocratisée par le truchement des réseaux sociaux, l’opinion reste difficile à appréhender, bien souvent irrationnelle et irréfléchie, voire délirante.

Ainsi, exprimer ce que l’on a dans la tête, faire entendre ce qui nous semble juste, injuste, vrai ou faux, bon ou mal et in fine avoir un avis sur tout est dorénavant à la portée de chacun qui peut trouver dans les moyens techniques, un accès à un auditoire pour délivrer une parole publique qui est bien souvent anonyme. Mais nous parlerons une prochaine fois de cette parole anonyme. Force est de constater que « l’opinion » vit ses plus belles heures grâce aux réseaux sociaux. Les questions soulevées par l’opinion ne sont pas très nouvelles, rappelons que Platon reprochait justement à l’opinion d’être en deçà de la vérité. Le rapport au vrai n’est pas le seul problème que pose l’opinion. Un autre aspect est qu’une opinion, on ne la garde jamais pour soi ! Est-ce un bien ou un mal ? Nous laisserons soigneusement ce débat de côté... D’aucuns peuvent regretter le silence, là où d’autres se réjouissent du brouhaha. C’est du reste une autre caractéristique de l’opinion, elle n’est jamais finie, jamais close n’intégrant pas le point final dans sa ponctuation. Car une opinion en entraine une autre dans un mouvement qui ne cesse, bien souvent, de tourner sur lui-même. Le problème de l’opinion consiste dans sa profusion décousue, désordonnée, floue, et pas seulement dans son manque de véracité qui parait relégué dans les limbes. Les débats de l’opinion ne consistent pas à déterminer si une opinion serait vraie ou fausse mais plutôt d’affirmer si elle est bonne ou mauvaise. Une substitution s’est opérée renvoyant le vrai à une relativité qui en vient à nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Le projet de Platon était d’évincer l’opinion, une perspective peu réaliste. Il est parfois des voix pour dire que l’opinion devrait être encadrée, maitrisée. Mais dans ce cas serait-ce encore de l’opinion si elle devait être normalisée, définie ? Rien n’est moins sûr. Au fond, n’est-ce pas en considérant « l’opinion » comme un lieu et un vecteur de communication que nous nous fourvoyons ? La fonction de l’opinion n’est probablement pas communicationnelle quand bien même celui qui s’exprime est convaincu de dire ce qu’il pense ce qui n’implique pas, d’ailleurs, qu’il pense ce qu’il dit. Sur ce point, laissons le mot de la fin à Jacques Lacan : « voilà la grande erreur de toujours, s’imaginer que les êtres pensent ce qu’ils disent » …

Langage : tirez la langue…

La modernité est aussi une affaire de langage. Le « corporate » a son langage qu’il vaut mieux utiliser au bon moment pour démontrer que vous êtes dans le « mouv ». Mieux, ce langage-là se transporte aussi dans nos sphères familiales, amicales. Mais qu’est-ce que véhiculent vraiment ces mots, le plus souvent des anglicismes ? Faisons-nous véritablement un bond en avant dans l’ordre de la langue avec cette novlangue moderniste ?

A parler comme dans l’entreprise, comme une entreprise on pourrait bien finir par se prendre pour une entreprise ! Et c’est bien là que le bât blesse, le langage est performatif. Nombreux parmi nous vont « checker » pour charger le coffre de la voiture, là ou d’autres « actent » que les courses n’ont pas été faites… Et que dire de la « gestionnite » aigüe. Nous voilà maintenant opérationnels pour gérer les enfants, les week-end, les vacances, les soirées, les émotions… Alors l’idée de bien « fonctionner » s’est imposée. Et voilà que certains fonctionnent (et oui un individu ça fonctionne comme on peut le dire d’un objet) en « mode projet », bref, ils animent, donnent du sens, délèguent, sollicitent du « reporting » et du « feed-back » et cela 365 jours par an ! Petit florilège du « business language » : ne dites plus transmettre mais « cascader », les managers « cascadent » les informations vers les équipes tout comme on « cascade » un mail. Ne dites plus écart, mieux vaut parler de « différentiel », il y a donc de gros « différentiels » entre ce que disent et font les gens. Vous ne supposez plus, vous « intuitez », vous ne cherchez plus, vous « investiguez » la maison pour retrouver vos clés. Terminé la planification, il s’agit maintenant de « timer » : « timer » sa journée, « timer » ses activités… Pourquoi attendre que l’autre soit actif alors qu’on peut lui demander d’être « proactif » ? Evidemment ça change tout… Et en cas de surcharge mieux vaut aujourd’hui dire « embolisé » : ce surcroit d’activité risque « d’emboliser » le service. Voilà qui change tout non ? Le langage invitant la métaphore biologique ou médical fait toujours plus forte impression, il suffit d’écouter, quelques-uns en sont accros. Et voilà que quelques valeurs (énoncées) forment rien moins que l’ADN d’une entreprise ; lorsque ce n’est pas un ministre qui jadis, désigna les chômeurs avec le terme de métastases. Plus question de lancer une action, vous « l’initialisez », aux oubliettes l’idée de diriger, maintenant vous « pilotez » et puis, terminé les comparaisons, maintenant vous « benchmarkez », vous n’avez plus à exclure, vous « blacklistez »… et la liste s’allonge ! Cette novlangue trouve à s’épanouir dans tous les domaines et secteurs, extrait : « l’implémentation du projet suppose de capitaliser sur un sourcing qualitatif pour tenir la deadline ». Toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé… Il y a fort à craindre que cette novlangue aux apparences inoffensives ne fasse que masquer une réalité, celle d’un vide. Cette langue ne semble pas être faite pour communiquer mais pour construire l’illusion que des choses particulières, importantes, efficaces… se déroulent. Alors que les juristes, les médecins… cherchent dans leur champ, la précision des mots pour élaborer leurs concepts on peut se demander après quoi court ce langage « corporate » si ce n’est à recouvrir son insignifiance ?

De l'empathie ...

Depuis bien longtemps, le rat de laboratoire subit pour faire avancer la connaissance scientifique, toutes sortes de traitements. Au-delà du fait que le rat de laboratoire n’a guère de moyens pour dire son désaccord, la question peut se poser du vécu et du ressenti qui peuvent être les siens en particulier lorsqu’un membre du groupe se trouve en difficulté. Une équipe de scientifiques s’est attelée à cette tâche…

Une équipe japonaise s’est fondée sur une hypothèse : savoir si les rats, dont il est déjà connu et démontré qu'ils peuvent ressentir de l'empathie, peuvent la développer jusqu'à manifester des comportements « prosociaux ». Apporter de l’aide à l’autre, sans chercher un bénéfice ou être motivé par une récompense. Pour tester cette hypothèse, les chercheurs ont donc développé un dispositif qui, observé à partir d’une perspective anthropomorphique, ne manque pas de cruauté. Ainsi, ils ont créé une cage avec deux compartiments transparents : dans un premier, ils ont mis de l'eau à un niveau assez élevé, et rien dans l'autre, alors totalement sec. Entre les deux, une petite trappe qui s'ouvre grâce à un mécanisme à actionner. Un mécanisme de passage fort classique pour les rats de laboratoire… Ils ont ensuite plongé un rat dans le compartiment inondé – en situation d’être au bord de la noyade à tout instant - et un autre rat dans le compartiment resté sec. Ils ont rapidement constaté que le rat au sec va spontanément venir en aide à son congénère qui risque la noyade. Il va pour ce faire apprendre, plus ou moins rapidement, à se servir du mécanisme d'ouverture de la trappe, et ce, sans qu’aucune récompense ne soit donnée. Prolongeant l’expérience, les chercheurs vont intervertir les rats : le rat qui a déjà été en danger de noyade va aider beaucoup plus rapidement son camarade qu'un rat qui n'a jamais été plongé dans le compartiment inondé. Au terme de cette expérience, une question restait alors ouverte pour valider l’hypothèse d’une empathie : est-ce que le rat « sauveteur » va au secours de son camarade parce qu'il ressent le danger, ou simplement, parce qu'il cherche un compagnon de jeu ; parce qu’il s’ennuie dans son compartiment bien qu’à l’abri du danger ? Pour trancher cette question, les chercheurs ont donc créé une cage à trois compartiments. Deux compartiments secs et le troisième inondé. Dans ce dispositif, le rat « sauveteur » va bien aider le rat dans la cage inondée ; il ne va pas rejoindre tranquillement son congénère qui lui est bien au sec, à l’abri du danger. Pour cette équipe, toutes ces observations viennent soutenir l'hypothèse d'une empathie associée à une forme de conscience de la détresse ressentie par un congénère en danger. Une hypothèse qui devient un comble pour notre empathie, humaine, à l’heure de l’exode en méditerranée de ceux qui cherchent à sauver ce qu’ils ont de plus précieux, leur vie et celle de leurs enfants. Ils se noient, tombent dans les mains de mafias ou sont enfermés dans des camps. Que feraient les rats ?

La banalité de la méchanceté...

Les méchancetés, petites et grandes peuplent les quotidiens de chacun. Qu’il s’agisse des méchancetés que nous subissons ou qu’il s’agisse de celles que nous infligeons, parfois à l’insu de notre plein gré, selon la désormais célèbre formule ; elles participent des relations humaines. Mais qu’en est-il de cette méchanceté et des formes qu’elle peut prendre lorsqu’elle s’étend, et, se répand dans les médias et les réseaux que l’on nomme sociaux ?

Les articles ne manquent pas ces jours derniers pour revenir sur les quelques trente ans du phénomène de la téléréalité. Son ressort est simple mettre des « anonymes » sous les feux des projecteurs et leur donner la parole. On comprend vite que c’est là une manière d’accéder à la notoriété, à la « popularité » quitte à se donner en spectacle et parfois même, à se jeter en pâture. Et le paradoxe se déplie ici : en cherchant à donner la parole pour susciter l'empathie on en arrive à provoquer son envers : la moquerie, l'ironie, en un mot de la méchanceté ; comme si, empathie et méchanceté pouvaient se superposer et même se confondre. Mais où se loge cette méchanceté : chez la personne moquée qui a décidé de s’exposer prenant ainsi son risque, dans le dispositif de « téléréalité » qui l'instrumentalise, ou encore, dans le regard du spectateur qui y prend plaisir, comme au bon vieux temps de la catharsis antique ? Peut-être un peu des trois, car un autre paradoxe, réside ici : en donnant la parole à des personnes qui ne l’avaient pas jusque-là, en ouvrant le champ médiatique à tous se réaffirment des normes, se rétablissent des jugements de goûts, de morale et toute sorte d'évaluations. Et sur ce terrain de l’évaluation et sous couvert de « donner son avis », nous sommes conviés à nous prononcer. Et à lire des « commentaires » accompagnant la notation attribuée à un chauffeur Uber, un livreur Deliveroo, un restaurant sur Tripadvisor, un produit acheté sur un site marchant... on réalise là aussi que la méchanceté peut bondir à chaque instant. Il est somme toute banal que la possibilité de donner la parole à tous, pour exprimer une opinion, déchaîne les passions allant jusqu’à abolir les règles de la bienséance. Qu’est-ce qui fait que cette possibilité d'expression donnée à l’anonyme en vient à établir des distinctions qui élisent non pas des chefs, mais des boucs émissaires ? Pourquoi sur le mode de la méchanceté qui, même diversifiée, voulue, répétée, comme les trolls qui vampirisent les sites, vise toujours un « autre » ? A l’ère du numérique, une novlangue s’impose. Ne parlons plus de lynchage mais de « bashing » qui n’est rien d’autre qu’une des formes contemporaines d’expression de la méchanceté qui peut être, reste malgré tout, même en négatif, une manière de désigner les liens qui nous unissent.

Une éthique minimale

L’actualité est toujours fertile pour nourrir les grands discours moralisateurs qui, comme le disait Pascal, se moquent de la morale. Et la période pandémique ne saurait faire exception donnant la parole aux experts qui ont des avis sur tout et surtout des avis… jusqu’aux moralisateurs de tout bord et de tout genre. Il y a pourtant quelques cailloux dans la chaussure du moralisateur…

Le philosophe Ruwen Ogien nous a légué en héritage son concept d’éthique minimale, lequel, sous ses allures de pas grand-chose, ne vise rien d’autre qu’à miner le moralisme et les morales prétentieuses, le paternalisme et toutes les formes de prohibitionnisme érigées par ceux qui, se disant absolument certains de savoir où sont « le bien » et « le juste », dressent des murs au-delà desquels ils projettent tout le mal. Ce minimalisme se caractérise par une sorte de neutralité à l’égard des diverses conceptions du « Bien », et pose que nos croyances morales n’ont pas besoin de se fonder sur un principe unique et incontestable (Dieu, la Nature, la Raison…), et parvient à faire tenir toute la morale dans deux petits impératifs : accorder la même valeur à la voix de chacun, et ne pas nuire aux autres. Qu’est-ce cela implique ? Tout simplement qu’il n’y a pas de devoir envers soi-même, et qu’on peut mener la vie qu’on veut du moment qu’on ne porte pas tort à autrui. S’en tenir à cette éthique minimale ne va pas de soi. Car même en n’ayant aucun devoir envers moi-même, je peux évidemment me laisser aller, ne plus prendre soin de mon hygiène ou de ma santé, me laisser détruire par de dangereuses addictions, céder à toutes les indignités. Mais est-il certain qu’en me comportant ainsi, je ne nuise pas à autrui, je ne fasse pas du tort à ceux qui m’estiment ou m’aiment, et qui se sentent tristes, humiliés, blessés de me voir me dégrader de la sorte ? Le philosophe cherchera sa vie durant à montrer qu’une éthique minimale est non seulement praticable mais apte à protéger des moralisateurs. Une éthique minimale ne s’exerce pas sans provoquer quelques grincements. Car il n’est guère aisé d’accepter que bien des pratiques, qu’on dit absolument immorales, sont en réalité simplement contraires à des règles religieuses n’impliquant alors pas ceux qui n’ont pas de religion ou à des règles sociales qui ne cessent de varier selon les sociétés et les époques. Dans son iconoclaste ouvrage « l’Influence des croissants chauds », Ruwen Ogien désirait qu’on ne puisse freiner et rogner la liberté des personnes. Aussi, laissons-lui le dernier mot : « On peut être universaliste à propos du juste et relativiste à propos du Bien ».

La terrible simplification…

La « terrible simplification » a de beaux jours devant elle. Alliée naturelle d’un utilitarisme conçu comme une finalité en soi, elle n’aurait d’autre ambition que de nous permettre de simplifier la compréhension d’un monde devenu bien trop complexe. Et tant pis si la simplification ne fait que maquiller une réalité au point de la transformer. Les savoirs sont un enjeu majeur dont les « terribles simplificateurs » s’emparent sans vergogne. Pour ceux-ci, replier « le vrai » sur « l’exact » est une pratique qui entraine que le niveau de vérité est déterminé par le niveau de décibels avec lesquels cette « vérité » est énoncée. Une vérité de laquelle le doute est évacué, ce qui en fait, rien moins qu’une certitude. A ceci près que vérité et exactitude n’appartiennent pas aux mêmes champs…

Paul Watzlawick nous aura enseigné que la « terrible simplification » doit toujours être débusquée et dénoncée tant elle fait courir aux relations et à la démocratie de graves dangers. La question que pose le « terrible simplificateur » forcené peut porter sur les savoirs, il se fait alors utilitariste : à quoi sert de savoir un savoir qui ne sert pas concrètement ? A situer l’utilité du savoir sous l’angle de la rentabilité, d’un pragmatisme immédiat, d’une rentabilité et d’une efficacité dans l’exécution des tâches, alors en effet, le savoir, la lecture, la culture… ne servent à rien ! C’est ça l’utilitarisme avec ses apparats idéologiques : posséder les savoirs dont on a besoin, et pas plus… Alors les choses deviennent (enfin) simples ! Utilitarisme et culture ne font guère bon ménage comme nous le rappelle le mouvement « d’anti-intellectualisme » venu d’outre atlantique. Trop de savoir encombre, il incite à se poser des questions qui détournent de la finalité : jouir des biens matériels. Le nouveau cogito « je consomme donc je suis » serait une fin en soi. Mais réserver les savoirs à quelques-uns n’est pas sans conséquences pour le « vivre ensemble ». A polariser sur les seuls savoirs utiles on s’éloigne de la culture qui n’est effectivement pas « utile » parce qu’elle est en fait vitale. Elle est le propre de l’humain qui doit notamment apprendre dès son plus jeune âge à renoncer à nombres d’actes qui pourtant lui seraient bien plaisants. Soit parce que ces actes sont impossibles, soit parce qu’ils sont interdits. Sublimer est la voie qui autorise la société des Hommes. La tragédie antique mettant en scène les conflits et tendances humaines les plus intimes remplissent aussi cette fonction de sublimation, au-delà de leur poésie et de leur esthétisme. Une idéologie qui engage une société dans le dénigrement de la culture et de « sa » culture ne fait que labourer le terrain de la violence. La citation d’Herriot garde toute son actualité : « la culture, c’est ce qui demeure dans l’homme lorsqu’il a tout oublié ».Une pensée simplificatrice au service d’un pragmatisme aculturé n’est pas qu’un mouvement, c’est une idéologie débouchant sur un modèle de civilisation régressif dans lequel la sauvagerie rafle la mise. Et ce modèle semble bien revenir…

Hibernatus…

Supposez que vous reveniez après une petite vingtaine d’années, supposez que vous ayez été absent du « monde » et de son brouhaha. Quelle ne serait pas votre surprise en arrivant dans le nouveau monde de la civilisation numérique. Vous découvririez les réseaux sociaux au rang desquels Twitter. Et là, une certaine perplexité vous envahirait…

Dans cet autre monde, lieu d’une expression appelée collaborative, plus de trois cents millions d’internautes s’attèlent chaque jour à réécrire l’Histoire et ainsi à transformer notre présent. Les « fakes », terme en vigueur dans le langage courant occupent une place de choix. Apparaissant parfois pour ce qu’elles sont ou se dissimulant avec subtilité dans telle ou telle présentation de situations. Bien difficile de faire la part des choses entre le vrai et le faux d’autant que l’un et l’autre recourent à « l’exact » et à « l’inexact ». Autrement dit, les frontières entre vrai et faux se déplacent en cela que le faux peut abriter « de l’exact » et inversement. Grâce à votre absence au cours de ces dernières années, vous constatez de façon saisissante que les réalités dans lesquelles nous vivons sont des réalités sociales, des réalités construites qui sans cesse viennent questionner le statut du vrai et du faux. Vous prenez alors la mesure des incidences du numérique. Dans ce monde numérisé et hyperconnecté, la dialectique, l’interrogation et le doute critique ont largement laissé leur place aux affirmations, aux certitudes et aux « fakes ». Dorénavant, une supposition énoncée sur le mode de l’affirmation a le même statut qu’un fait démontré. Ainsi, l’homme n’a jamais marché sur la lune, le 11 septembre a été instigué par la Maison Blanche, Barack Obama est un islamiste né au Kenya, les USA sont dirigés par un groupe de stars du cinéma, de la chanson et du parti Démocrate se livrant compulsivement à la pédophilie, les créationnistes rétablissent enfin la vérité sur les mensonges scientifiques de Darwin, la COVID 19 a été répandue pour tuer en masse les pauvres beaucoup trop nombreux…. Si les mensonges et autres légendes urbaines sont aussi vieux que le langage lui-même, la force de frappe instantanée et illimitée des réseaux sociaux leur confèrent aujourd’hui une influence sans égal et, plus problématique encore, sans contre-pouvoirs. Alors aux 66 millions de procureurs mieux vaudrait substituer 66 millions d’enquêteurs en recherche de vérité. Face aux prestidigitateurs de l’information, aux militants aux obsessions obsessionnelles, aux politiques sans surmoi, aux complotistes pathologiques ; notre naïveté et la passivité de ceux qui devraient répondre participent à affaiblir ce qui fait le fondement de notre démocratie et la possibilité de vivre ensemble : la confiance dans la parole.

Pour vivre heureux, vivez flexible…

L’inédit de la situation que nous impose la crise sanitaire mondiale renforce, plus encore, l’impératif catégorique d’adaptation de notre société hypermoderne. Depuis bien des années maintenant s’adapter est à la fois un mot d’ordre, une injonction, une contrainte, une nécessité, un allant de soi, une ressource... L’adaptation est une capacité ontogénétique si l’on s’en tient aux thèses darwiniennes. S’adapter a donc du sens dès lors qu’il s’agit d’autre chose que d’un mantra…

L’adaptation a sa cheville ouvrière : la flexibilité. Un autre terme qui a fait florès avec le chômage de masse. Ainsi donc la flexibilité est omniprésente : flexibilité du travail, du marché, des activités, des horaires, des revenus, de l’éducation, de l’organisation, des individus… Pas un espace n’échappe à cette vérité révélée qu’est la flexibilité. Elle a de surcroit tous les atouts de la modernité : elle est une solution façon couteau Suisse, elle est branchée (car quoi de plus ringard que de ne pas être flexible ?) en étant érigée au rang de qualité. Le monde du travail a besoin de soft skills, la flexibilité est en pole position. N’est-elle pas désirable, a priori, la flexibilité ? A se pencher sur les différentes définitions du mot, qu’il s’agisse de psychologie, d’économie ou de physique, elle se présente comme une souplesse à toute épreuve : c’est le grand écart de la vie, la sortie perpétuelle de la « zone de confort ». La flexibilité est la plasticité de nos corps et de nos psychismes ; elle est aussi l’adaptation en toutes circonstances ; elle est ce qui permet de se sortir de tout, partout et tout le temps. La flexibilité est d’ailleurs devenue un slogan du développement personnel avec sa formule fétiche : « sortir de sa zone de confort ». Quitter son confort (pardon, sa zone de…) c’est faire preuve de flexibilité. Par-delà les discours positivistes sur les nécessités de sortir de sa « zone de confort », nous ne pouvons exclure qu’ils soient devenus une norme induisant une injonction. Peu a peu, sortir de sa zone de confort semble ne plus relever que de la seule motivation individuelle mais d’un impératif sociétal. Mais finalement est-il si facile d’être flexible, et qui plus est, au bon moment ? Chacun à sa façon buttera plus ou moins sur cette question : comment devenir flexible ? Et à être obnubilés par la question du « comment » devenir flexible, nous pourrions passer à côté d’une autre question : pourquoi est-il normal que d’aspirer à être flexible ? Pour quelles raisons la flexibilité qui est une capacité ordinaire et banale est-elle devenue une norme ? Je suis flexible donc je suis… dira le cogito de l’hypermodernité. La flexibilité comme norme et idéal a aussi son paradoxe qui puise aux racines de sa nature. On vante ses mérites jusqu’à en faire la solution à des problèmes complexes alors même que la flexibilité contient aussi, la mollesse, le principe du fléchissement et l’idée corolaire de perdre en force, en vigueur. Car être flexible c’est épouser le mouvement et non lui opposer une force. C’est ainsi se soumettre volontairement à quelque chose qui le requiert, le demande ou l’exige. Alors quand s’arrête la flexibilité comme qualité nécessaire à la vie quotidienne et où commence la flexibilité comme norme sollicitant notre soumission aussi consentie que dorénavant revendiquée ? Aux appels à la flexibilité tout azimut chacun peut prendre une bonne résolution pour 2021, celle de se laisser être…

Au nom de l’équipe de Convergence, je vous adresse tous nos bons vœux pour cette nouvelle année et, je vous remercie pour votre fidélité de lecteur de cette lettre lancée en juin 2004 !

Livre du mois

Couverture du livre : La peur de la liberté
Photo de l’auteur : <h3>L’auteur</h3> <p>Erich Fromm (1900-1980), psychanalyste et sociologue, est l’un des premiers représentants de l’École de Francfort. Émigré aux États-Unis où il a vécu à partir de 1934, il a enseigné au Bennington College, à la Columbia University, puis à celle du Michigan et à Yale, ainsi qu’à l’Université nationale du Mexique. Il a aussi travaillé à l’École de Palo Alto et à Cuernavaca (Mexique) avec Paul Watzlawick. Au sein d’une œuvre considérable, on remarque L’art d’aimer, Avoir ou être, Espoir et révolution. Fromm a été le premier philosophe à plaider pour un revenu minimum universel.</p>

L’auteur

Erich Fromm (1900-1980), psychanalyste et sociologue, est l’un des premiers représentants de l’École de Francfort. Émigré aux États-Unis où il a vécu à partir de 1934, il a enseigné au Bennington College, à la Columbia University, puis à celle du Michigan et à Yale, ainsi qu’à l’Université nationale du Mexique. Il a aussi travaillé à l’École de Palo Alto et à Cuernavaca (Mexique) avec Paul Watzlawick. Au sein d’une œuvre considérable, on remarque L’art d’aimer, Avoir ou être, Espoir et révolution. Fromm a été le premier philosophe à plaider pour un revenu minimum universel.

La 4ème de couverture

L’homme est-il assez fort pour supporter la liberté ? Peut-il affronter les dangers et la responsabilité qu’elle induit ? Car la liberté est avant tout un problème psychologique. Erich Fromm, par son analyse magistrale des origines psychanalytiques du totalitarisme, fait la lumière sur les forces qui façonnent la société moderne. Si l’avènement de la démocratie a apporté la liberté, elle a donné naissance à une société dans laquelle l’individu se sent aliéné et déshumanisé. L’homme moderne, dégagé des liens de la société primitive, qui le limitaient, mais le rassuraient, n’a pas encore pleinement conquis son indépendance. La liberté provoque en lui un sentiment d’isolement qui engendre à son tour l’insécurité et l’angoisse. Il met alors en place des mécanismes de fuite : l’autoritarisme, la destructivité ou un conformisme d’automate.

Notre avis

L’expérience de lecture de cet ouvrage est intéressante à plus d’un titre. Publié en 1941, les analyses et thèses développées par Fromm sont d’une actualité saisissante. Son parti pris discutable de rabattre toutes les questions sur la seule dimension psychologie d’enlève rien à la pertinence de ses analyses mais aussi, de ses intuitions.

Couverture du livre : Le Coaching Orienté Solution
Photo de l’auteur : <h3>L’auteur</h3> <p>Philippe Bigot forme et supervise des coachs-consultants professionnels et accompagne depuis près de 30 ans des dirigeants, des managers, des équipes et des organisations en s'appuyant sur le modèle coaching orienté solution®, qu'il a développé à partir des travaux du modèle de Palo-Alto, de l’approche « solution focus » et plus largement de la démarche pluridisciplinaire qui est la sienne : psychologie, philosophie, sociologie. Il est membre titulaire de la Société française de coaching (SFCoach®) et a été président de son Comité d'Accréditation et de Déontologie.</p>

L’auteur

Philippe Bigot forme et supervise des coachs-consultants professionnels et accompagne depuis près de 30 ans des dirigeants, des managers, des équipes et des organisations en s'appuyant sur le modèle coaching orienté solution®, qu'il a développé à partir des travaux du modèle de Palo-Alto, de l’approche « solution focus » et plus largement de la démarche pluridisciplinaire qui est la sienne : psychologie, philosophie, sociologie. Il est membre titulaire de la Société française de coaching (SFCoach®) et a été président de son Comité d'Accréditation et de Déontologie.

La 4ème de couverture

Cessez de résoudre des problèmes, construisez des solutions est le postulat du coaching orienté solution®, un modèle original pour accompagner le changement chez l'individu. Ici, le coach ne se concentre pas sur les difficultés rencontrées, mais sur la solution, estimant que celle-ci existe déjà et qu'elle va émerger de l'interaction entre le coach et le coaché.

Dans cet ouvrage, l’auteur développe en détail, de l'entretien préliminaire à la clôture du coaching, toutes les étapes de cette approche, afin que chaque acteur de l'accompagnement professionnel, novice ou déjà expérimenté, puisse la mettre en œuvre efficacement. Les clients et toute personne concernée par le coaching y trouveront ainsi des repères essentiels.

Cette nouvelle édition met l'accent sur les évolutions de la méthode, présente de nouveaux cas d'usage et est agrémentée de fiches-outils pour une mise en pratique immédiate. Une édition préfacée par Reine-Marie Halbout.

Notre avis

Nous ne pourrons ici vous en dire que le plus grand bien !

La première édition a été publiée en 2010 et l’ouvrage trouvera sa place et ses lecteurs au point qu’en 2021, l’éditeur s’engagera dans une troisième édition à laquelle Reine-Marie Halbout prêtera à nouveau sa plume pour une préface réécrite.  Cette édition contient des données pour actualiser la connaissance de l’évolution du métier, une actualisation de la présentation des « outils » après dix années d’expérience supplémentaire, de nouvelles techniques et des supports méthodologiques pour faciliter les expérimentations du lecteur.

Couverture du livre : La fraternité globale
Photo de l’auteur : <h3>L’auteur</h3> <p>Michel Joli est docteur en médecine, diplômé de l'Ecole supérieure de guerre aérienne. Il a été directeur de cabinet de Haroun Tazieff, en charge de la prévention des risques majeurs. Il a quitté la fonction publique pour cofonder France-libertés, Fondation Danielle Mitterrand et s'engager dans des activités de formation et d'accompagnement d'acteurs de la solidarité internationale. Il est aujourd'hui administrateur de la Fédération Léo Lagrange et de la Fondation France-libertés.</p>

L’auteur

Michel Joli est docteur en médecine, diplômé de l'Ecole supérieure de guerre aérienne. Il a été directeur de cabinet de Haroun Tazieff, en charge de la prévention des risques majeurs. Il a quitté la fonction publique pour cofonder France-libertés, Fondation Danielle Mitterrand et s'engager dans des activités de formation et d'accompagnement d'acteurs de la solidarité internationale. Il est aujourd'hui administrateur de la Fédération Léo Lagrange et de la Fondation France-libertés.

La 4ème de couverture

Dans une perspective darwinienne, l’auteur développe une conception de la fraternité globale comme un acquis de l'évolution, un « bien commun de l'humanité ». C'est la plus ancienne manifestation de l'instinct social qui assure la protection des plus faibles, sans distinction de groupes. A ce titre elle constitue une nécessité absolue pour conserver à la fois la diversité et l'unité de notre espèce. Atout anthropologique majeur, la fraternité constitue en effet la seule caractéristique universelle qui unit tous les humains. En cette période de crise mondiale, l'auteur soutient l'urgence de sortir la fraternité du magasin des accessoires et des idéologies, et de la solliciter dans sa globalité comme un argument (et un outil) essentiel pour nous opposer aux excès du capitalisme. Cet essai politique, philosophique, écologique, documenté et engagé ouvre des pistes de réflexion concrètes pour construire, sur de nouvelles bases, la société de demain.

Notre avis

Avec une approche pluridisciplinaire, l’auteur nous convie à un retour sur nous même autant qu’à un retour à l’essentiel et, s’il n’y a pas de civilisation sans fraternité, ce concept peut faire l’objet d’usages variés et d’instrumentalisations multiples. Un ouvrage dense qui sait montrer qu’un autre futur est possible.

Couverture du livre : Sauver la liberté d'expression
Photo de l’auteur : <h3>L’auteure</h3> <p>Directrice de recherche au CNRS, philosophe, spécialiste de la pensée morale et politique.</p>

L’auteure

Directrice de recherche au CNRS, philosophe, spécialiste de la pensée morale et politique.

La 4ème de couverture

Jusqu'où ? Jusqu'où laisser les apprentis censeurs d'aujourd'hui définir ce qu'on peut dire et ce qu'il faut taire ? Jusqu'où tolérer que défoulements et protestations envahissent le monde numérique ? Jusqu'où supporter que des extrémistes privatisent les règles de la parole, refusent le débat et installent leur hégémonie ? La parole publique est déjà l'objet d'un rapport de forces, elle sera demain l'enjeu d'un conflit. Le temps des injonctions est révolu, il faut désormais résister. La parole fait mal, change le seuil du tolérable et peut même réduire au silence. Il est donc légitime de la limiter, mais au plus près des délits et sans censure préventive. Bien sûr, on peut tout dire, mais pas n'importe comment et à condition de ne pas vouloir être seul à parler. Le concept moderne de liberté d'expression fut forgé entre le xviie et la fin du xviiie siècle. Les outils numériques, le multiculturalisme, la démocratisation de la parole l'ont rendu peu à peu inadéquat pour régler la parole publique. Fidèle à la tradition libérale, ce livre revient sur l'histoire de la liberté d'expression et en renouvelle le sens, comme la garantie de la plus grande diversité de points de vue. Pour la défendre, une philosophie des limites, des concepts sobres, des moyens inventifs seront plus utiles qu'une croisade. Ne pas se lamenter sur l'état des choses, mais combattre pour ne pas nous retrouver un cadenas sur la bouche et une prothèse dans la tête.

Notre avis

En philosophe, l’auteure nous engage à sortir de notre torpeur et d’aiguiser notre vigilance nous rappelant que la liberté, notamment d’expression est bien loin d’être présente en tout point de notre planète et qu’elle reste, là où existe un acquis toujours fragile. Mais le danger ne survient plus seulement là où on l’attend. Une démonstration éclairante.

Couverture du livre : Les nettoyeurs du Web à l'ombre des réseaux sociaux
Photo de l’auteur : <h3>L’auteure</h3> <p>Sarah T. ROBERTS est chercheuse et enseignante en sciences de l’information à l’université de Californie à Los Angeles (UCLA).</p>

L’auteure

Sarah T. ROBERTS est chercheuse et enseignante en sciences de l’information à l’université de Californie à Los Angeles (UCLA).

La 4ème de couverture

Employés par des sous-traitants aux quatre coins du monde, les modératrices et modérateurs de contenu sont les travailleurs de l’ombre chargés de purger les sites Internet, les réseaux sociaux et les applications mobiles des photos, vidéos ou commentaires abjects qui les inondent : propos haineux, cyber-harcèlement, injures racistes ou sexistes, automutilations et tortures, viols et décapitations, pédophilie… À travers des dizaines d’entretiens menés avec ces collecteurs de déchets numériques dans les zones rurales de l’Iowa, dans la Silicon Valley, au Canada et aux Philippines, cette enquête met au jour l’économie souterraine d’une industrie dont les coulisses tranchent avec le progressisme revendiqué. À rebours de l’optimisme libertaire des pionniers du Web, le filtrage des torrents de violence, de pornographie et de fiel déversés sur nos écrans s’impose aujourd’hui comme une tâche à la fois indispensable et sisyphéenne. Ses enjeux en termes de réglementation de la liberté d’expression et de délimitation des frontières du dicible et du montrable à l’échelle planétaire restent néanmoins largement ignorés. Alors que les controverses autour des fake news, des discours de haine et du harcèlement en ligne obligent peu à peu les plateformes à rompre l’illusion d’une modération « automatique », Sarah Roberts révèle les conditions de travail des substituts de l’« intelligence artificielle » et les risques psychologiques auxquels sont exposés celles et ceux dont le quotidien connecté consiste à visionner à la chaîne des contenus insoutenables pour que nous n’y soyons pas confrontés.

Notre avis

Une enquête minutieuse et argumentée sur un envers du décor qui va bien au-delà de l’imaginable.

Couverture du livre : Le goût du vrai
Photo de l’auteur : <h3>L’auteur</h3> <p>Professeur à l'École centrale, docteur en philosophie des sciences, Étienne Klein a créé et dirige le Laboratoire de recherche sur les sciences de la matière au Commissariat à l'énergie atomique (CEA).</p>

L’auteur

Professeur à l'École centrale, docteur en philosophie des sciences, Étienne Klein a créé et dirige le Laboratoire de recherche sur les sciences de la matière au Commissariat à l'énergie atomique (CEA).

La 4ème de couverture

La philosophie des Lumières défendait l’idée que la souveraineté d’un peuple libre se heurte à une limite, celle de la vérité, sur laquelle elle ne saurait avoir de prise : les « vérités scientifiques », en particulier, ne relèvent pas d’un vote. La crise sanitaire a toutefois montré avec éclat que nous n’avons guère retenu la leçon, révélant l'ambivalence de notre rapport à la science et le peu de crédit que nous accordons à la rationalité qu’il lui revient d’établir. Lorsque, d'un côté, l’inculture prend le pouvoir, que, de l'autre, l’argument d’autorité écrase tout sur son passage, lorsque la crédibilité de la recherche ploie sous la force de l’événement et de l’opinion, comment garder le goût du vrai - celui de découvrir, d’apprendre, de comprendre ? Quand prendrons-nous enfin sereinement acte de nos connaissances, ne serait-ce que pour mieux vivre dans cette nature dont rien d'absolu ne nous sépare ?

Notre avis

Etienne Klein est aussi un conteur de talent. Il entraine son lecteur dans une réflexion en rendant accessibles les concepts pour penser ce qui nous arrive. Le goût du vrai est un manifeste contre l’ignorance et son danger : le fanatisme.

Couverture du livre : Je suis parce que nous sommes
Photo de l’auteur : <h3>L’auteure</h3> <p>Nancy Huston vit à Paris depuis une quarantaine d’années. Parmi une cinquantaine d’ouvrages, des fiction romanesques et des essais sur la condition féminine, son roman Lignes de faille a mérité en 2006 le prestigieux prix Femina.</p>

L’auteure

Nancy Huston vit à Paris depuis une quarantaine d’années. Parmi une cinquantaine d’ouvrages, des fiction romanesques et des essais sur la condition féminine, son roman Lignes de faille a mérité en 2006 le prestigieux prix Femina.

La 4ème de couverture

Exploitation démesurée de notre planète, domination masculine, prostitution, destruction des espèces, aspiration des puissants à une croissance économique infinie… Nancy Huston livre une réflexion critique et combative sur la réalité d’un monde qui nous dépasse. Elle écrit la plupart de ces chroniques anachroniques durant le printemps 2020, alors qu’elle est confinée en Suisse, loin de Paris où s’est tissée l’histoire de sa vie. Dépassant la stupéfaction et la réaction à chaud face à l’événement, Nancy Huston porte son regard acéré sur la folie de nos sociétés occidentales et sur les contradictions insolubles dans lesquelles nous sommes enferrés. Nancy Huston aime à gratter là où ça fait mal, nous le savions déjà. Avec Je suis parce que nous sommes, on comprend plus que jamais l’objectif qui est le sien : sans relâche interroger, attaquer et historiciser les valeurs et les convictions qui sont les siennes, pour mieux en souligner leur valeur et leur fragilité.

 

Notre avis

La force de ces chroniques est de démontrer à quel point la pensée est mouvante et que les certitudes et les dogmes en sont les écueils à remettre sans cesse en question. Au travers des 18 textes qui composent ce recueil, l’auteure ne cesse de nous rappeler que nous possédons un bien commun, la planète sur laquelle la vie se déploie.

Couverture du livre : La magie de la bienveillance
Photo de l’auteur : <h3>L’auteure</h3> <p>Dina Scherrer est coach certifiée, spécialisée en Pratiques Narratives. Son accompagnement est fondé sur la posture du regard pygmalion, ou « œil d’amour ». Elle suit de nombreux jeunes en difficulté pour les aider à sortir de la spirale de l’échec, ainsi que des personnes travaillant en entreprise pour les aider à se réaliser et s’épanouir.</p>

L’auteure

Dina Scherrer est coach certifiée, spécialisée en Pratiques Narratives. Son accompagnement est fondé sur la posture du regard pygmalion, ou « œil d’amour ». Elle suit de nombreux jeunes en difficulté pour les aider à sortir de la spirale de l’échec, ainsi que des personnes travaillant en entreprise pour les aider à se réaliser et s’épanouir.

La 4ème de couverture

Avez-vous remarqué à quel point le regard que les autres portent sur vous est important ? Un professeur à l’école, une collègue, votre entourage proche... chaque rencontre forge votre identité. Dina Scherrer explore la singularité du regard pygmalion, ce regard bienveillant qui fait grandir et permet de déployer son plein potentiel. Apprenez à poser un regard bienveillant sur votre entourage, grâce à des exercices et des techniques simples. Prenez conscience de vos ressources et de la richesse de votre histoire. Parent, ami, conjoint, manager, collègue... améliorez vos relations et apprenez à désamorcer les conflits. De nombreux témoignages touchants pour découvrir le cercle vertueux du partage et de la solidarité. Et si la bienveillance était le meilleur des remèdes ? 

Notre avis

Avec ce nouvel ouvrage, Dina affirme plus encore sa qualité de praticienne-chercheuse. A partir de sa pratique, elle entraine son lecteur dans une réflexion de fond tout en lui permettant de s’approprier des supports et techniques à expérimenter. Un ouvrage généreux à l’image de son auteur.

Ouvrages

Photo de Philippe BIGOT
Philippe BIGOT
Photo de Fabienne BERNARD
Fabienne BERNARD
Photo de Emilie DEVIENNE
Emilie DEVIENNE
Photo de Roland GORI
Roland GORI
Photo de Emmanuel GRATTON
Emmanuel GRATTON
Photo de Reine-Marie HALBOUT
Reine-Marie HALBOUT
Photo de Cécile JOLY
Cécile JOLY
Photo de Alex LAINÉ
Alex LAINÉ
Photo de Pierre LE COZ
Pierre LE COZ
Photo de Dina SCHERRER
Dina SCHERRER

Podcasts

Découvrez tous nos podcasts sur notre chaine Youtube

Le podcast du mois : Opinion sacrée...

Médiathèque

135,44 Ko
Autour du mot accompagnement

PAUL Malea

158,19 Ko
L'accompagnement, une nébuleuse

PAUL Malea

512,68 Ko
Coaching d’organisation : une vraie évidence ?

BIGOT Philippe

263,76 Ko
Coaching et régulation sociale

VERNAZOBRES Philippe

1,22 Mo
Quel changement de posture du praticien dans l'accompagnement ?

BIGOT, CHAUVET, DOUBLET, LHOTTELLIER

292,54 Ko
Coaching individuel

FATIEN Pauline

98,14 Ko
Les paradoxes du métier de coach

BIGOT Philippe

112,05 Ko
Sources et ressources du coaching oriente solution

BIGOT Philippe

108,99 Ko
Enjeux et fonctions de la supervision en coaching

BIGOT Philippe

82,42 Ko
Coaching et dépendance psychique

BRUNNER Roland

1,24 Mo
L'accompagnement entrepreneurial

BARES et PERSSON

76,39 Ko
Coaching & psychothérapie

BRUNNER Roland

212,99 Ko
La pratique réflexive

DEUM Mélanie

57,97 Ko
La psychopathologie de l'échec et coaching

BRUNNER Roland

187,36 Ko
Légitimité du coaching

PERSSON Sybil

139,46 Ko
L'accompagnement est une intervention

VIAL Michel

208,83 Ko
Les maux du coaching

FATIEN Pauline

34,25 Ko
Eléments pour un coaching socioanalytique

JAILLON Dominique

137,41 Ko
La place des outils dans le coaching

HALBOUT Reine Marie

177,67 Ko
Pourquoi le coaching de gestionnaires
POILPOT-ROCABOY et CHARPENTIER
182,99 Ko
Professionnalisme du coaching

JOUSSELLIN et VIENOT

49,68 Ko
Psychologie, connaissance de soi et orientation

HALBOUT Reine Marie

165,15 Ko
Accompagner n'est pas guider

VIAL Michel

228,93 Ko
Coaching de gestionnaires

BARON et MORIN

59,93 Ko
Rives et dérives du coaching

BIGOT Philippe

48,82 Ko
Le manager, le Coach et l'inspiration

NALET Isabelle et PASCAL Valérie

158,57 Ko
Les interventions centrées sur les solutions en coaching

BIGOT Philippe

109,01 Ko
L'intervention systémique brève de Palo Alto

BOUAZIZ Irène

80,63 Ko
Coaching - Le défi éthique

MAUREY Catherine

23,88 Ko
L'hygiène du coach

HALBOUT Reine-Marie

36,08 Ko
Les cultures d'entreprise

PAYET Jean-Bernard

15,34 Ko
Evaluation et coaching : quels liens

Michel VIAL

62,48 Ko
La démarche systémique et constructiviste dans la pratique du coaching

KOURILSKY Françoise

102,79 Ko
La place de la déontologie dans le processus de coaching

SELLES Monique

42,75 Ko
Les contre-indications du coaching

BRUNNER Roland

33,73 Ko
Le coaching dans tous ses états

TURNER et DELIVRE

97,08 Ko
Limites du coaching en entreprise

DELIVRÉ François

69,93 Ko
Les codes invisibles en entreprise

REBEYROLLE Marie

52,54 Ko
Considérations critiques sur les modèles maieutiques

LEGRAND Jean-Louis

Conférence sur le Coaching Orienté Solution® - partie n°1
De la résolution de problème à la construction de solution – Philippe Bigot
Conférence organisée par le Réseau des Formateurs UGS, qui a eu lieu le 16 novembre 2013 et qui avait pour thème "Le Coaching Orienté Solution" : le « coaching orienté solution® » est un modèle qui s'appuie sur une vision originale du changement individuel et collectif et oriente une pratique. Sur quoi se fonde cette pratique ? Qu'implique-t-elle pour l'accompagnant ? Quels enjeux et quels moments clés de la démarche ?

Philippe Bigot aborde ici les principaux postulats de sa méthode.

166,11 Ko
Posture et imposture du consultant

HAEFLIGER Stéphane

61,98 Ko
l'Equipe dans tous ses états

DEVILLARD Olivier

98,07 Ko
Coaching d'équipe

CARDON Alain

49,66 Ko
Le Coaching d'équipe existe-t-il vraiment ?

LENHART, BURNEY, THEOBALD et SCHILFARTH

2,91 Mo
Efficacite du travail en equipe
132,70 Ko
Facteurs de performance en équipe

LANGEVIN Pascal

1,08 Mo
Fonctionnement interne d'équipe

AUBE Caroline

1,96 Mo
Guide pratique du travail collaboratif

PIQUET Alexandre

122,25 Ko
Notions de groupe et d'équipe de travail

CHARRON C.

268,90 Ko
Responsabilité et équipe de travail

Eduardo DAVEL, David ROLLAND et Diane-Gabrielle TREMBLAY

286,90 Ko
TeamCooperation180
95,29 Ko
Les approches psychosociologiques des organisations

DEACONU Alecxandrina  -  RASCA Lavinia

596,20 Ko
Théories des organisations

MBIDA Ronald

381,83 Ko
Culture d'entreprise

G LECRIVAIN

290,61 Ko
Le développement personnel du dirigeant

LENHARDT Vincent

635,36 Ko
Le management émancipant

BARBIER René

350,50 Ko
La naissance de la théorie de l'organisation et du management

Dr. KARSTEN l.

331,39 Ko
Organisation apprenante

CONJARD Patrick - DEVIN Bernard

53,41 Ko
Le coaching, psychologisation des rapports sociaux?

SALMAN Scarlett

557,99 Ko
Psychosociologie appliquée à l'organisation

HAMMAMI Samira

41,92 Ko
Regard de psychanalyste sur la guerre économique

DEJOURS Christophe

51,27 Ko
Regards sur l'organisation

BAUBAULT Bernadette

371,14 Ko
Ethique et responsabilité

ROUVILLOIS Samuel

142,42 Ko
Subjectivité et travail

DEJOURS Christophe

330,53 Ko
Théories et stratégies du management

LEFEVRE Patrick

649,24 Ko
Psychanalyse et management

CHASSE Bernard

94,02 Ko
Audit social et changement organisationnel. Le rôle de cynisme

SERRANO et BRASSEUR

140,89 Ko
Changement et processus d'adaptation

AUDETAT - VOIROL

La Mise à mort du travail

Rencontres et débats autrement, avec Jean-Robert Viallet et Vincent de Gaulejac

Moins de travail qu'avant, mais plus de stress

Vincent de Gaulejac, professeur de sociologie du travail Paris VII

La société malade de la gestion

La société malade de la gestion : conférence de Vincent DE GAULEJAC Sous une apparence pragmatique, la gestion constitue une idéologie qui légitime la guerre économique, l'obsession du rendement financier et qui est largement responsable de la crise actuelle. La culture de la performance et de la compétition met tout le monde sous haute pression : épuisement professionnel, stress, suicides au travail.

Vincent de Gaulejac - Travail les raisons de la colère

Vincent de Gaulejac, directeur du laboratoire de changement social à l'Université Paris 7 Denis-Diderot, auteur de Travail, les raisons de la colère (Editions du Seuil, paru le 3 mars 2011), est l’invité d’Audrey Pulvar dans le 6/7 de France Inter (6h50 - 22 mars 2011).

La société malade de la gestion

Rencontres et débats autrement - 1er juillet 2009 - Café du Pont neuf - Vincent de Gaulejac, directeur du Laboratoire de changement social, sociologue, clinicien et auteur d'une quinzaine d'ouvrages dont LA SOCIÉTÉ MALADE DE LA GESTION, paru en livre de poche aux éditions du SEUIL en mars 2009.

177,20 Ko
Le bonheur opium des peuples et du politique?

GORI Roland

972,10 Ko
Le temps du savoir maitre Botet Sala

Botet-Pradeilles Georges et SALA Florian

314,14 Ko
Motivation dans l'entreprise

LEVY LEBOYER Claude

6,61 Mo
Pourquoi travaille-t-on?

WEINBERG Achille

1,76 Mo
Reconnaissance non monaitaire

GROLLEAU Jérôme

205,45 Ko
Revisiter l'activité humaine

SCHWARTZ Yves

991,11 Ko
Sensibilisation, égalité et stéréotypes

EGAE

1,74 Mo
Prévention RPS et rôle du CHSCT

ARACT

674,50 Ko
Classification des méthodes d'évaluation du stress

DELAUNOIS Magali

137,30 Ko
Le coping et les stratégies face au stress

BRUCH0ON - SCHWEITZER Marilou

2,21 Mo
ELVIE Méthode diagnostic RPS - guide d'utilisation

ARACT

1,39 Mo
La santé au travail

IREPS RHONE ALPES

867,00 Ko
Notions de RPS

ANACT

1,68 Mo
Les risques psychosociaux - 6 points essentiels

SAMSON Laurent

591,35 Ko
Plan santé au travail

Ministère du Travail

555,55 Ko
RPS au travail - une problématique européenne

EUROGIP 

3,31 Mo
RPS - Guide ANACT de la formation des managers

ANACT

4,17 Mo
Guide RPS pour CHSCT

SECAFI

1,46 Mo
RPS - Guide ANACT élaboration "Document unique"

ANACT

106,17 Ko
10 propositions pour la santé psychologie au travail

LACKMAN Henri

558,25 Ko
Rapport d'information sur les RPS

Assemblée Nationale

688,28 Ko
Stress en situation professionnelle - CHRU Lille

ISTNF

229,20 Ko
3 formes de prévention RPS

ANACT

4,24 Mo
Modules de prévention RPS

ARACT

356,25 Ko
Vers un modèle transactionnel du stress au travail

de KEIZER et HANSEZ

107,37 Ko
Santé Stress rôle de la personnalité

LOUREL Marcel

1,60 Mo
Approches et mesures du stress

GAMASSON Claire

Enquête OVAT sur la perception des RPS

Enquête OVAT sur la perception des RPS, parole aux salariés.
pour plus d'informations consultez le site: //www.travailler-mieux.gouv.fr et //mars-lab.com/

LE SUICIDE AU TRAVAIL - Entretien avec Christophe Dejours dans la Nuit de la Cogip (extrait)

Extrait du film "Le Travail Aujourd'hui: Bilan et Perspectives", un entretien très intéressant et très sérieux de Nicolas & Bruno avec Christophe Dejours (Psychiatre, psychanalyste, professeur au CNAM et Directeur du Laboratoire de psychologie du travail et de l'action), diffusé dans La Nuit de la Cogip sur Canal+. 26 minutes d'entretien illustré de Messages à Caractère Informatif.

Christophe Dejours stress au travail / 1er partie

Intervention de Christophe DEJOURS, médecin-psychiatre, professeur au CNAM : introduction à l’analyse des problèmes de santé au travail.
Rendez-vous d’automne de l'ANM, Association Nationale des Médiateurs. Au Palais Bourbon le 24 octobre 2008

Christophe Dejours stress au travail / 2° partie

Intervention de Christophe DEJOURS, médecin-psychiatre, professeur au CNAM : introduction à l’analyse des problèmes de santé au travail.
Rendez-vous d’automne de l'ANM, Association Nationale des Médiateurs. Au Palais Bourbon le 24 octobre 2008

La mise à mort du travail - france inter

Christophe Nick, producteur de la série documentaire « La mise à mort du travail » et Paul Moreira, co-auteur avec Hubert Prolongeau de « Travailler à en mourir : quand le monde de l'entreprise mène au suicide » étaient les invités de Pascale Clark dans Comme on nous parle sur France Inter (09h35 - 26 Octobre 2009).

J'ai mal au travail ! - France Inter

Alain Le Gouguec reçoit dans le 7/10 de France Inter, Danièle Linhart, sociologue du travail, directrice de recherche au CNRS et Marie Pezé, psychanalyste (08h20 - 30 Octobre 2009).

41,92 Ko
Un regard de psychanalyste sur la guerre économique

Christophe DEJOURS

4,78 Mo
livre blanc Souffrance au travail des fonctionnaires 2

FGAF

344,43 Ko
Communication Orientée Vers Les Solutions

PEACOCK Flechter

273,41 Ko
Constructivisme, constructionnisme, aux limites de la systémique ?

ELKAÏM Mony

355,04 Ko
Communication systémique et symboles

SCHMITT Jacques

321,00 Ko
Constructionnisme et épistémologie

LEMOIGNE Jean-Louis

217,71 Ko
Ecole de Palo Alto quels apports

BERIOT Dominique

106,69 Ko
Fondements théoriques de la systémique
88,33 Ko
Historique de la systémique
45,31 Ko
L'approche systémique : de quoi s'agit-il?

Groupe AFSCET

587,79 Ko
La causalité systémique

Roux de BEZIEUX Henry

231,87 Ko
Le discours systémique comme métaparadigme

MOREIRA Luiz

638,49 Ko
Le « soi » en question : assemblages et voix multiples

GERGEN K. et ELKAÏM M.

194,66 Ko
Penser le complexe : un certain rapport au savoir

VIAL Michel

302,39 Ko
Interroger l'idée de système

LE MOIGNE Jean-Louis

191,03 Ko
Systémique un méta langage

FRANÇOIS Charles

57,55 Ko
Théorie et pratique du bouble lien

BENOIT Jean-Claude

2,43 Mo
Théories communication

MICHEL Jean-Luc

679,72 Ko
Approche psychodynamique et psychanalytique

EXPERTISE COLLECTIVE

1,57 Mo
Comportements organisationnels

BOTET PRADEILLES Georges

74,39 Ko
Comprendre les types de Jung
6,62 Ko
Fonctions psychologiques selon Jung

HAELFINGER

272,79 Ko
La notion de guérison

PETTINGER Paul

93,29 Ko
L'analyse multiréférentielle

ARDOINO Jacques

578,79 Ko
Théories de la personnalité
49,15 Ko
Clinique de l'activité - CLOT Yves
210,07 Ko
Psychodynamique du travail - JAYET Christian
723,16 Ko
Le stress - Etudes et analyses - DINET Jérôme
141,82 Ko
Réflexivité et professionnalisation

Bataille Michel

632,75 Ko
Sociologie clinique en question

REHAUME Jacques

352,97 Ko
Sociologie Clinique enjeux théoriques et méthodologiques

de GAULEJAC Vincent

87,65 Ko
Sociologie clinique et changement

REHAUME Jacques

288,44 Ko
Approche clinique en sciences sociales

BARRUS MICHEL Jacqueline

138,59 Ko
Démarche clinique et sociologie du travail

REHAUME Jacques

662,24 Ko
La désillusion narrative

TRUC Gérôme

215,17 Ko
Les grands courants en sciences sociales
105,82 Ko
Mise en oeuvre de l'approche biographique

PERRIER Françoise

166,11 Ko
Posture et imposture du consultant

HAEFLIGER Stéphane

371,80 Ko
Pratiques anthropologiques du récit de vie

MORIN Françoise

336,15 Ko
Psychosociologie méthodologie
344,53 Ko
Sociologie clinique et recherche

SEVIGNY Robert

173,91 Ko
Sociologie clinique et RPS

INRS

240,30 Ko
Sociologie et approche biographique

TREMBLAY Jean-Marie