Pour s’informer sur l’actualité de Convergences-informer.jpg

Edito du mois

Photo BIGOT Philippe
BIGOT
Philippe
Une bonne résolution

En ces tous premiers jours de janvier avez-vous annoncé vos bonnes résolutions pour 2019 ? Il va de soi qu’il ne peut s’agir que de « bonnes » résolutions car à qui viendrait-il à l’idée d’en prendre de « mauvaises » ? Le sujet peut faire sourire tant le destin de nos « bonnes » résolutions semble se jouer à l’avance. Les résolutions tiennent parfois le temps de les énoncer ou pour les plus persévérants quelques heures, jours ou semaines.

Mais le sujet est peut-être plus grave qu’il n’y parait et posons-nous franchement la question : les résolutions de la nouvelle année sont-elles réellement inoffensives ? Laissons de côté la question de savoir si les « bonnes » résolutions relèvent de la méthode d’Emile Coué fondée sur les vertus de l’auto-persuasion ou sur la pensée magique dont l’avenir reste assuré par les régressions auxquelles fausses rationalités et facilités de pensées qui saturent l’air du temps, invitent. Disons-le sans détour, sous des apparences débonnaires ou celles des bons sentiments, les « bonnes » résolutions peuvent s’avérer catastrophiques sur le plan de l’estime de soi. Songez-y, s’il n'est question que de prendre de « bonnes » résolutions c’est bien que celles-ci sont là pour corriger un défaut, une mauvaise tendance ou encore qu’il s’agît de se mettre enfin à faire ce que jusque-là, nous ne faisions pas. Bref, la « bonne » résolution ne fait que souligner en creux un défaut qui n’en demandait pas tant pour exister. Elle cherche à le faire disparaitre alors même qu’elle ne fait que lui permettre d’occuper l’espace. Plus la force de la « bonne » résolution est forte et plus le défaut devient envahissant. A regarder les choses en face, il faut bien reconnaître que dans la plupart des cas, c’est lui qui a le dernier mot. Les composantes de la tragédie alors s’organisent. C’est ce moment particulier où l’individu abandonne sa « bonne » résolution, de guerre lasse, après avoir élimé sa bonne volonté. La tragédie réside dans ce temps durant lequel l’individu s’accuse, se culpabilise et se dévalorise parce qu’il a échoué. Sa volonté n’est pas suffisante, il n’est pas même capable de tenir une résolution si « bonne » soit-elle. Une spirale de la dévalorisation va s’installer et cela bien plus longtemps que ne durent les (bonnes) résolutions. Une nouvelle résolution s’impose : abandonner les « bonnes » résolutions est assurément le meilleur moyen de préserver une bonne estime de soi pour bien débuter l’année !

Rencontres du COS

Convergence organise chaque année une journée thématique qui invite à l’échange entre participants et intervenants professionnels du Coaching Orienté Solution.

tout savoir sur l'édition 2018

La prochaine journée de Rencontres autour des métiers de l’accompagnement est prévue vendredi 5 juillet 2019 sur le thème : "Inventer, créer, transformer - de l’engagement individuel à la réalisation collective"

Foire aux questions

Vous trouverez dans cette FAQ les réponses aux questions les plus fréquemment posées sur les modalités d'inscription, le financement des formations via le CPF, les OPCA...

Financement

Que vous soyez dans les secteurs public ou privé, ou encore travailleur indépendant, il existe des solutions de financement adaptées à votre situation.

Suite aux annonces de la nouvelle réforme de la formation professionnelle 2018, vous trouverez ici des informations à jour sur le compte personnel de formation (CPF), le CPF de transition, le plan de formation...

Liens utiles

COSSF CoachOPQFUGSFédération Formation ProCPFCNCPMinistère du travailFAFIECVAEAPECCARIF